Comment casser un mur porteur en toute sécurité ?

La rénovation d’une maison est un projet avantageux sur de nombreux points. L’opération consiste souvent à remplacer certains revêtements ou à repeindre l’intérieur. Il peut également s’agir d’une redistribution des pièces (plus complexes), nécessitant parfois la suppression ou la création de cloisons. Pour ce type de travaux, il est indispensable de bien distinguer une cloison simple (qui peut être abattue sans problème) d’un mur porteur. Dans le cas où vous souhaitez modifier ce dernier, l’intervention d’un architecte et d’un BET en structure est cruciale, car il s’agit de travaux extrêmement risqués.

Ce qu’est un mur porteur

Pour une maison, le mur porteur est un mur qui est utilisé pour supporter l’ensemble de la charge de la maison, du plancher (pour une maison à étage) et de la charpente. Il repose directement sur les fondations et assure la solidité et la stabilité de la construction.

Reconnaître un mur porteur

Dans le cadre des travaux d’abattage de cloisons, il est nécessaire de reconnaître un mur porteur pour éviter de le modifier accidentellement. Cette structure est facilement reconnaissable grâce à certaines caractéristiques.

L’emplacement

Les murs de façade sont des murs porteurs ainsi que ceux se trouvant au centre d’une pièce. Par ailleurs, si une poutre est reliée à un mur quelconque, où que celui-ci soit dans la maison, c’est fort probable qu’il s’agit d’un mur porteur.

Les caractéristiques des murs porteurs

À part l’emplacement, il est également possible d’identifier un mur porteur par ses différentes caractéristiques. En effet, un mur porteur est épais d’environ 15 cm. De même, contrairement à une cloison qui sonne creux, le mur porteur est dense et sonne plein.

Les plans originaux de la maison

Le moyen le plus sûr pour reconnaître un mur porteur est encore de consulter les plans initiaux de la maison. Les lignes pleines représentent le plus souvent les murs porteurs, contrairement aux lignes pointillées qui symbolisent les cloisons.

La réalisation de l’abattage d’un mur porteur

À la différence des cloisons, l’abattage de murs porteurs est une tâche difficile et surtout risquéee. De ce fait, pour les rénovations nécessitant ce type de modification, il est indispensable de passer par certaines démarches administratives, notamment par la demande d’un permis de construire, et ce, quel que soit le type de travaux à réaliser.

Le diagnostic de bâtiment

Réaliser un diagnostic de la structure de la maison est indispensable avant le début des travaux. Cela permet d’identifier les principaux risques comme la déstabilisation de l’ensemble de la maison, les fissures, voire l’effondrement.

Les étapes à suivre pour abattre un mur porteur

Pour abattre un mur porteur afin d’agrandir une pièce, par exemple, il est indispensable de le remplacer par une structure porteuse, habituellement une poutre d’acier et un portique.

  • Placer les supports sous les poutres

Après avoir bien analysé la structure du plafond, il faut placer les poteaux de soutien sous les poutres. L’utilisation d’équipements spécifiques est nécessaire pour la réalisation des travaux.

  • Démanteler progressivement les structures

Une fois les étais en place, il est possible de démonter l’ensemble du mur en commençant par le haut.

  • Renforcer les poutres pour assurer un support solide

Pour une poutre en bois, le renforcement implique souvent le remplacement de la structure. Pour cela, il faut placer les étais entre les poutres pour assurer un meilleur support. À ce stade, il est possible de découper les poteaux en bois.

Placez une poutre en métal sous la poutre en bois, en la maintenant avec des étais métalliques et en s’assurant qu’elle est parfaitement plane.

  • Fixer les différents éléments

Une fois correctement en place, la poutre peut recevoir les structures verticales. Il s’agit souvent de poteaux métalliques. Dans ce cas, on les place d’une part et d’autre de la longueur de l’ouverture nouvellement créée.

Par ailleurs, les poteaux doivent avoir à leur extrémité des plaques d’appui en acier pour répartir et supporter la charge. Ils sont ensuite soudés (verticalement) à la poutre pour améliorer le niveau de support.