Travail dans un milieu hyperbare : quelles sont les dispositions à prendre ?

Travailler sous l’eau, opérer dans une enceinte de réacteur nucléaire, creuser un tunnel… ces activités impliquent que les travailleurs soient exposés à une pression supérieure à celle de l’atmosphère. Ce sont des situations qui présentent de nombreux risques sur la santé et qui nécessitent de prendre certaines dispositions. Quelles sont donc ces mesures 

Travail en milieu hyperbare : qu’est-ce que c’est ?

Un milieu est dit « hyperbare » lorsque sa pression est élevée par rapport à celle de l’air au niveau de la mer. Au cours des activités, l’expert du travail en milieu hyperbare est exposé à une pression relative de plus de 100 hectopascals (hPa). Les conditions de travail auxquelles il est soumis peuvent être en hyperbarie sèche lors des opérations effectuées dans un espace clos ou un local où la pression est augmentée, à l’instar des caissons hyperbares.

Il peut aussi travailler en hyperbarie humide comme dans le cas des scaphandriers en immersion. Ces conditions peuvent être retrouvées chez les opérateurs qui interviennent à l’intérieur des tunneliers ou pendant les interventions d’entretien des enceintes de réacteurs nucléaires.

Les travailleurs en milieu hyperbare

Les employés sont généralement exposés aux travaux hyperbares au cours des opérations en mer, plan d’eau, rivière (barrages, mise en place de palplanches, coffrages, puits, forage, etc.), des plongées pour l’installation de piles de pont sur rivières, mer, etc.

Ils interviennent également dans les travaux en terrain humide ou boueux, dans divers travaux tels que l’électricité, la maçonnerie, l’étanchéité et l’injection de matières pour raffermir le sous-sol. On les retrouve aussi au niveau des boucliers posés par des vérins (tunnels, terrassement, tubistes, etc.).

Travailler en milieu hyperbare constitue une activité à risque. Lésions aux poumons, aux oreilles, problèmes au moment de la décompression, aspiration, intoxication aux gaz inhalés… des accidents quelquefois très graves peuvent se produire.

Ce type de métier est donc très réglementé. Il peut aussi engendrer d’autres dangers tels que les éboulements ou la noyade. Des mesures protectrices sont par conséquent exigées à ces travailleurs qui sont soumis à une pression relative de plus de 100 hectopascals.

Les obligations et dispositions d’interdiction

Il n’y a que les sociétés possédant un certificat délivré par un organisme de certification accrédité qui sont en mesure d’effectuer des travaux en milieu hyperbare. De même, seuls les travailleurs ayant bénéficié d’une formation et titulaires d’un certificat d’aptitude à l’hyperbarie peuvent intervenir en milieu hyperbare. Les opérateurs doivent recevoir un enseignement spécifique dans un établissement compétent et être soumis à l’évaluation de la santé.

Pour les activités en immersion, plusieurs obligations sont valables. Chacune des équipes de plongée doit comporter un plongeur, un assistant de surface et un plongeur secours. Les plongeurs sont tenus d’avoir un certificat de plongeur professionnel.

Pour cela, il faut qu’ils suivent une formation. Ils doivent aussi être détenteurs d’un certificat d’aptitude qui indique qu’ils sont physiquement aptes à plonger dans l’air et les mélanges suroxygénés grâce aux dispositifs respiratoires à circuit ouvert.

Pour les interventions en caissons à air comprimé, il existe un certain nombre de prescriptions liées à la construction de tels compartiments. En outre, il faut que le plan de travail et le registre de chantier soient complétés par un nombre d’éléments particuliers et que la durée du séjour en caisson à air comprimé soit établie au moyen de critères.

Enfin, pour les travaux en milieu hyperbare, il y a quelques interdictions à prendre en compte. Il est interdit de travailler dans des caissons à air comprimé où la pression relative dépasse 4000 hectopascals et 2500 hectopascals dans le cas où une infrastructure n’est pas prévue pour la décompression à l’oxygène.

En conclusion, le travail en milieu hyperbare est une profession très réglementée qui impose d’avoir un certificat d’aptitude à l’hyperbarie et plusieurs autres dispositions citées ci-dessus.